Jésus ne dit pas, Il dit …

Voici une méditation du cardinal Philippe Barbarin au seuil du carême 2015, parue dans le numéro de mars de la revue diocésaine Eglise à Lyon.

Une belle méditation du cardinal Albert Decourtray
est restée dans les mémoires. Les attentats des 7, 8 et 9 janvier 2015 à Paris, les manifestations du dimanche 11, partout en France, les angoisses et les espoirs exprimés à la suite de ces journées si intenses, et encore tout récemment les tragiques événements des 14 et 15 février, me donnent envie de prolonger ce texte, si ce n’est pas une indélicatesse… ou un trop grand risque !
Ce peut être aussi une manière d’entrer en carême et d’avancer vers les jours de la Passion.

Signe que cette page était inspirée, son introduction et sa conclusion n’ont nul besoin d’être modifiées : « [Jésus] voit toujours en celui ou celle qu’Il rencontre un lieu d’espérance, une promesse vivante, un extraordinaire possible, un être appelé, par-delà ses limites, ses péchés, et parfois ses crimes, à un avenir tout neuf. Il Lui arrive même d’y discerner quelque merveille secrète dont la contemplation le plonge dans l’action de grâce ! »

Il ne dit pas : « Tout est pardonné ». Il dit : « Tout est accompli » (Jn 19, 30).

Il ne dit même pas : « Tout est pardonnable ». Il dit : « Tout péché, tout blasphème, sera pardonné aux hommes, mais le blasphème contre l’Esprit ne sera pas pardonné » (Mt 12, 31).

Pour lire la suite :  http://lyon.catholique.fr/?Jesus-ne-dit-pas-Il-dit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *