Archives par étiquette : politique

violence

La Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes

Après avoir adopté en 1993 la Déclaration sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes, l’ONU a institué en décembre 1999, la Journée internationale pour l’élimination de la violence contre les femmes…


Partager sur    

Le 25 novembre fût proclamée la date de commémoration en mémoire de trois « militantes dominicaines brutalement assassinées sur les ordres du chef de l’État Rafael Trujillo » : les sœurs Mirabal.

Aujourd’hui, cet évènement est célébré dans de nombreux pays, notamment la France. L’année dernière, c’était Najat Vallaud-Belkacem, ancienne ministre des Droits des femmes, qui nous encourageait à prendre part à cette lutte, en partageant via les réseaux sociaux les trois actions mises en place par le gouvernement de l’époque. Rappelons qu’un site retrace les assistances mises à disposition des femmes violentées, avec la possibilité de quitter la page web rapidement à tout moment, ainsi qu’une explication pour effacer cette visite dans l’historique du navigateur web : www.stop-violences-femmes.gouv.fr.

La violence envers les femmes en quelques chiffres…

Malheureusement, l’ONU estime qu’environ 70 pour cent des femmes sont victimes de la violence au cours de leur vie. Elles représentent également près de 80% du total des victimes de traites d’êtres humains à des fins de « prostitution, de travail forcé, d’esclavage ou de servitude » …

En France, ce type de violences coûte 2.5 milliards d’euros par an à la société.

Les violences faites aux femmes apparaissent donc comme un problème majeur pour notre société, sociologiquement et mais aussi économiquement…

 

 

Sources : ONU, Ministère des affaires sociales, de la santé et des droit des femmes

 

Image à la Une : Logo officiel de l’ONU

 

Partager sur    

L’ image de la femme en 2014 : entre physique et moral(e)…

Arborer un corps parfait aux abords des plages :

Tel est l’enjeu de cette période estivale pour de nombreuses femmes…  Mais d’où proviennent réellement ces critères de beauté, et, plus généralement, comment la femme est-elle perçue en 2014 ?


Partager sur    

Physique : un corps aux normes codifiées

C’est durant l’Antiquité que la notion de « divine proportion »* est apparue, à travers la théorie du nombre d’or, proportionnalité géométrique qui définirait les critères de la beauté physique, basés sur une harmonie. Les siècles passèrent et les normes physiques de la beauté évoluèrent également, passant de la « garçonne » dans les années 30 à la « pin-up » de 1950 jusqu’à aujourd’hui : la bimbo à forte poitrine, au corps filiforme et à la peau bronzée sans défauts. En 2014, cet idéal féminin façonné par notre société et alimenté par de nombreux clips musicaux, télé-réalités, et publicités retouchées par le célèbre logiciel Photoshop, a codifié des normes physiques dans l’esprit des femmes. Ainsi, au quotidien, nombreuses sont celles qui cherchent à atteindre cette perfection par maintes tentatives se solvant parfois par des drames (anorexie, boulimie… ), en oubliant que la notion de corps parfait est à la base une théorie, qui n’est pas forcément réalisable, comme le démontre la nécessité des truquages photo et opérations esthétiques

Moral : Sous-estimée, hypersexuée… une route difficile vers l’égalité

Dès l’époque de l’Antiquité romaine, la femme était tout au long de sa vie sous la tutelle d’un homme : son père puis son mari. Cette base de soumission a été reprise et adaptée au fil de notre Histoire dans notre société occidentale jusqu’à aujourd’hui, où après avoir obtenu le droit de vote en 1945, les femmes luttent pour obtenir un statut égal à celui de l’homme. Néanmoins, il reste difficile de faire évoluer les mentalités sexistes lorsque les médias et les sociétés conservent et entretiennent une image stéréotypée de la femme, superficielle et hypersexuée malgré un pseudo statut de business-woman, assumé à travers diverses télé-réalités

La femme en 2014 dans le monde

Un exemple récent illustre la complexité de faire changer les visions sur les femmes dans le monde. En effet, alors que la loi visant à mettre en place une égalité réelle hommes-femmes en France vient d’être votée, en Turquie, le vice premier ministre invite les femmes à « conserver une droiture morale », et leur « décence à tout moment» et de ce fait, ne surtout« pas rire fort en public» . Une remarque qui a engendré une grande mobilisation féminine sur les réseaux sociaux, et qui fut relevée par le candidat de l’opposition Ekmeleddin Ihsanoglu, qui a déclaré quant à lui avoir « vraiment besoin d’entendre le rire gai des femmes »  …   * Surnom donné au nombre d’or durant la Renaissance par Luca Pacioli, moine franciscain italien.

 

Sources : Le Huffington Post, Civilisation-Romaine.com, 20 Minutes

Image à la Une : Venus de Milo by Tom King, under Creative Commons License, no modifications  Partager sur    

chrétiens

Irak : La persécution des chrétiens d’Orient par les islamistes

  Les irakiens chrétiens sont aujourd’hui forcés de quitter leur pays, payer une taxe ou se convertir à l’Islam sous peine d’exécution


 

Partager sur    

L’Irak : Etat Islamique

Depuis juin dernier, un groupe jihadiste contrôle la ville de Mossoul et a proclamé un califat dans cette deuxième ville la plus importante d’Irak après Bagdad en termes d’habitants, dont 5000 à 25 000 étaient chrétiens.

La semaine dernière, les islamistes, après avoir inscrit la lettre « n » arabe sur chaque maison chrétienne afin de signifier leur confession (« nassarah » dans le Coran), ont expressément demandé aux familles concernées de choisir entre «  payer une taxe, se convertir à l’Islam ou périr par le glaive ».

Ceux qui choisirent l’exil furent dépouillés de leurs biens, avec seuls leurs vêtements laissés pour compte…

La prière du pape

La semaine dernière, lors de son Angélus le Pape François a exprimé sa peine et son soutien par la prière aux communautés chrétiennes d’orient :

 » Nos frères sont persécutés, chassés, ils sont forcés d’abandonner leurs foyers sans pouvoir emporter quoi que ce soit avec eux[…]

J’assure ces familles que je suis proche d’elles et en prière constante […]

Je sais combien vous souffrez, je sais que vous êtes dépouillés de tout… »

Une mobilisation internationale faible

Tandis qu’une nouvelle manifestation pro palestinienne prévue ce samedi 26 juillet à Paris vient d’être interdite suite aux événements sanglants entre Israël et la Palestine, qui ont déclenché des prises de positions massives de la part du peuple et des politiciens (manifestations à Paris pro-palestiniennes des 19 et 23 juillet dernier notamment), rares furent les rassemblements de soutien envers la communauté chrétienne d’orient

Ban Ki Moon , Secrétaire Général des Nations Unies, a quant à lui récemment déclaré qu’on pouvait considérer la situation actuelle des chrétiens d’Irak comme un crime contre l’humanité

Sources : Figaro, Le Monde, France Tv Info

Image à la Une : Lettre « n » alphabet arabe

Partager sur    

egalité

L’égalité réelle Hommes-Femmes : le projet de loi adopté

    La semaine dernière, le Parlement et l’Assemblée Nationale ont prouvé « la capacité de ce pays à faire le dernier saut qui lui manquait encore pour permettre aux hommes et aux femmes de vivre l’ égalité réelle » selon Najat Vallaud Belkacem, Ministre du droit des femmes…


 

Partager sur    

Des mesures concrètes en faveur de l’ égalité Hommes-Femmes

De manière générale, les femmes françaises souffrent dinégalités de salaires, d’accès à certaines professions, et d’inégalité dans l’éducation et dans l’implication parentale.

Les mesures phares sont l’encouragement de l’implication des pères de famille : autorisation d’absence pour assister aux examens prénataux obligatoires, ainsi que statut de « salarié protégé durant les quatre semaines suivant l’accouchement», ce qui pourrait permettre à certains hommes de sauter le pas du congé paternité.

On retrouve aussi une solution de lutte contre les inégalités de rémunérations, avec l’instauration pour les entreprises ne respectant pas cette notion, d’une privation d’accès à la commande publique, c’est-à-dire entre autres aux marchés publics, contrats de partenariats publics/privés

Enfin pour protéger au mieux les femmes en situation précaire et/ou de détresse causée par un (ex)conjoint violent ou négligent, il sera attribué une allocation de la CAF avançant la pension alimentaire vacante (due et remboursable par l’ex conjoint par la suite) et/ou l’expulsion du conjoint violent du domicile conjugal interviendra sur le champ. Des mesures radicales visant à préserver au mieux les mères et enfants dans le besoin.

Protéger l’image de la femme

Souvent rabaissée, hyper-sexualisée, l’image de la femme est très souvent stéréotypée dans les médias : clips musicaux, films, pubs… Ce phénomène a engendré et favorise toujours le sexisme dans notre société. Le projet de loi de Najat Vallaud-Belkacem luttera également pour une plus juste représentation de la jeune fille et de la femme, qu’on a malheureusement trop pris l’habitude de confondre

Les mesures essentielles de la loi pour l’ égalité entre les femmes et les hommes

egalité

Infographie sur le projet de loi

Sources : Le Point, Libération, Ministère du Droit des Femmes

Partager sur    

Que devient Meriam Yahia Ibrahim Ishag?

   Le 15 mai dernier, cette jeune femme chrétienne d’une vingtaine d’années a été condamnée à mort dans son pays, le Soudan, pour apostasie. L’apostasie, c’est par définition « l’abandon volontaire et public d’une religion »…


 

Partager sur    

Les détails de l’affaire

Au Soudan, les enfants doivent suivre la religion de leur père, et les unions interconfessionnelles sont considérées comme des adultères pour les musulmans. Or, Meriam Yahia Ibrahim Ishag est née d’un père musulman et d’une mère de confession chrétienne orthodoxe, et a épousé un citoyen américain chrétien en 2011.

De confession musulmane par son père selon la loi soudanaise, elle a donc commis le délit de se convertir au christianisme et également d’épouser un non-musulman.

Suite à cet évènement, des personnes musulmanes prétendant être membres sa famille ont dénoncé Meriam , qui fût donc condamnée par son pays à la pendaison et à 100 coups de fouets pour apostasie et adultère.

Enfermée en prison avec son enfant de 20 mois, cette dernière a donné naissance à son second enfant sur place, au grand dam des institutions internationales

Condamnée, libérée, réfugiée…

Face à une mobilisation mondiale pour la cause de cette jeune femme, elle fût libérée le 23 juin dernier, et tenta de quitter le Soudan pour les Etats Unis. Malheureusement, elle fût de nouveau arrêtée, à l’aéroport avec sa famille, pour usage de faux papiers

Incapable de fuir son pays, elle est désormais réfugiée à l’ambassade américaine de Khartoum, la capitale, en attendant que sa situation se régularise.

Néanmoins, les dits membres sa famille étant à l’origine de son accusation pour apostasie, continuent de s’acharner sur son sort…

Rien n’est donc terminé pour Meriam Yahia Ibrahim Ishag

 

Sources : L’Express, Euronews, Le Matin

Image à la Une : « St. Matthew’s Catholic Cathedral (Khartoum) 001″, by Petr Adam Dohnálek, under Creative Commons License, no modifications.

Partager sur    

L’Europe et l’Eglise : la COMECE

De 1976 à 1980, 

le Service Catholique Européen d’Information Pastorale (SIPECA) représentait

la communauté chrétienne européenne.


 

Qu’en est-il aujourd’hui ?

Partager sur    

Une histoire commune

Après la première élection au Parlement Européen par le suffrage universel, la volonté de créer et d’entretenir un lien entre les Conférences épiscopales et la Commission Européenne donna lieu à la création de la COMECE, le 3 mars 1980.

La France y est représentée par Mgr Grallet, archevêque de Strasbourg et membre depuis 2013.

Son fonctionnement

Logo officiel COMECE

Logo officiel COMECE

Présidée par le Cardinal REINHARD MARX*, et composée de 27 évêques délégués représentant les 27 conférences épiscopales (correspondant aux pays membres de l’UE en 2007), la Commission des Episcopats de la Communauté Européenne, est structurée « dans l’esprit du Concile Vatican II », et a plusieurs objectifs :

Accompagner, analyser puis informer et « conscientiser l’Eglise » sur les politiques de l’UE

– Maintenir un dialogue entre les institutions européennes et l’Eglise

– Encourager la réflexion.

Le secrétariat permanent de la COMECE à Bruxelles est quant à lui composé de 11 conseillers, et il est possible d’y effectuer un stage pour les intéressé ( e )s, selon le site internet. Vous pouvez également souscrire à la newsletter de la Commission, pour recevoir les infos de l’Europe dans une vision chrétienne.

La COMECE et les élections européennes 2014

Récemment, la COMECE a fait une déclaration concernant les futures élections européennes qui se tiendront le 25 mai 2014 pour la France.

« Du 22 au 25 mai 2014, nous serons appelés à élire les députés qui siègeront au Parlement européen. Le résultat de ces élections déterminera la nature de la législature pour l’UE dans les cinq prochaines années et aura des implications majeures pour ceux qui dirigent l’UE. Il est essentiel que les citoyens de l’UE participent au processus démocratique en votant le jour des élections. Une forte participation renforcera d’autant la nouvelle législature.

La perspective de ces élections offre la possibilité à l’ensemble de la société européenne de débattre de questions socio-économiques centrales qui marqueront l’Union européenne dans les années qui viennent. En tant qu’évêques de la COMECE, nous estimons qu’il est de notre devoir de proposer des orientations à l’électeur/électrice européen(ne) pour qu’il/elle forme sa conscience. Pour ce faire, nous souhaitons attirer leur attention sur des questions importantes en les examinant à la lumière de la pensée sociale de l’Eglise. Bien que nous nous adressions en première instance aux citoyens de confession catholique, nous espérons que notre conseil/avis recevra également un accueil favorable auprès des hommes et femmes de bonne volonté qui se soucient du succès du projet européen. Nous espérons que notre voix sera également entendue par les candidats aux élections au Parlement européen.

[…]

L’Union européenne est à un tournant. La crise économique déclenchée par la faillite bancaire de 2008, a tendu les relations entre les Etats membres. Elle a mis à rude épreuve le principe fondateur de Solidarité au sein de l’Union. Elle a aussi entrainé dans son sillage une vague de pauvreté qui a frappé un grand nombre de nos concitoyens et a brisé les espoirs de beaucoup de jeunes. 

Nous, les évêques catholiques, plaidons pour que le projet européen ne soit pas mis en danger ni abandonné sous la pression des contraintes actuelles. Il est impératif que nous tous – hommes et femmes politiques, candidats, parties prenantes – nous contribuions à forger de façon constructive le futur de l’Europe. Nous avons trop à perdre si le projet européen venait à se disloquer. Enfin, il est essentiel que nous tous, qui sommes des citoyens européens, nous nous rendions aux urnes le 22-25 mai prochains. Nous, les évêques, nous vous enjoignons à voter suivant votre conscience préalablement bien formée. »

Les évêques de la COMECE.

 

*Le CARDINAL REINHARD MARX, a accordé une interview au journal La Croix en ce début de mois, sur le thème «  Quelle Europe voulons-nous ? ».

Sources : COMECE, La Croix

Image à la Une : Logo officiel de la COMECE

Partager sur    

« Elles Aussi » luttent pour la parité en Europe

« Elles Aussi » se mobilise pour

la parité dans les instances élues


 

« Fondée en 1992, Elles aussi est un réseau pluraliste d’associations de femmes se rassemblant autour d’un objectif commun : promouvoir la parité dans toutes les instances élues. »

Partager sur    

L’Acf, en tant que membre fondateur, soutient l’action menée par Elles Aussi dans le cadre des éléctions européennes.

A cette occasion, un appel est lancé à toutes les femmes citoyennes européennes afin que chacune fasse entendre sa voix, son avis sur ce qu’elle attend de lEurope.

L’association nous rappelle également ce que représente

l’Europe pour les Femmes : une chance.

En effet, les principes de l’Union Européenne sont les suivants : « C’est, depuis l’origine, un engagement pour l’égalité entre les femmes et les hommes dans tous les domaines de la vie. C’est la parité pour une participation équilibrée des femmes et des hommes au gouvernement du monde. » L’Europe vous attend donc nombreuses le 25 mai prochain. Si vous êtes intéressées par Elles Aussi, n’hésitez pas à visiter leur site internet !

 

Image à la Une : Logo officiel d’Elles Aussi

Partager sur    

Les éléctions européennes de 2014

Le 25 mai prochain, se tiendront en France métropolitaine les élections européennes, afin d’élire les député(e)s qui siégeront au Parlement Européen, à Strasbourg


 

Partager sur    

L’Union Européenne en 2014

L’Union Européenne, qui compte aujourd’hui 28 membres depuis l’entrée de la Croatie en 2013, est régie par une politique d’élargissement :

« Propager les valeurs et les normes européennes auprès d’un plus grand nombre de pays ».

Son pouvoir législatif est partagé entre le Conseil de l’Union Européenne et le Parlement Européen. Les députés élus au Parlement sont donc pourvus d’un certain nombre de pouvoirs : législatif, budgétaire et de contrôle.

Les 74 sièges à pourvoir regroupent toute la France sous 8 circonscriptions : Nord-Ouest, Ouest, Est, Sud-Ouest, Sud Est, Massif Central-Centre, Ile de France et Outre-Mer.

Les députés sont ainsi élus pour un mandat de 5 ans, renouvelable.

Des femmes au Parlement Européen

Depuis 2009, la part des femmes députées européennes françaises était de 44%, loin derrière les 61.5% des Finlandaises, mais devant les Luxembourgeoises, qui représentaient seulement 16.7% de leur effectif total.

Ainsi, tous pays confondus, la présence des femmes  atteignait jusqu’à maintenant 34.9% du total des élu(e)s.

Malgré une évolution positive depuis 1999, nous sommes encore loin de la parité, qui devrait élever la présence féminine à 50% des députés.

Les tendances de ces élections 2014

Cette année, plusieurs femmes sont têtes de listes, comme Pervenche Berès (Île-de-France/PS), Michèle Alliot-Marie (Sud-Ouest/UMP), ou encore Marine Le Pen (Nord-Ouest/FN).

voteNous vous invitons donc à vous mobiliser afin de faire entendre votre voix, et ainsi espérer une présence féminine plus importante au sein du Parlement Européen pour les cinq années à venir, car l’Europe reste avant tout une chance pour chacun( e ) d’entre nous, quel que soit l’âge, comme le rappelle la Jeunesse Etudiante Chrétienneet l’association Elles aussi.

 

Sources : Insee, Parlement Européen

Image à la Une : L’Europe by Rock Cohen under Creative Commons Licence, no modifications.

Partager sur    

L’anniversaire du droit de vote des femmes françaises

Le 21 avril 1944, le droit de vote était accordé aux femmes, près de 100 ans après l’établissement du suffrage universel par et pour les hommes…


 

Qu’en est-il aujourd’hui ?

Partager sur    

Ce mois d’avril 2014 marque le 70e anniversaire de l’obtention du droit de vote et d’éligibilité des femmes françaises. Après avoir longtemps combattu en faveur d’une parité au niveau politique, les femmes ont enfin eu la possibilité de voter et d’être élues en France, au même titre que les hommes. Néanmoins, la parité reste un sujet faisant polémique, 15 ans après la loi modulant « l’aide publique aux partis politiques en fonction de leur respect de l’application de la parité pour la présentation des candidats aux élections » municipales, régionales et européennes. En effet, malgré une évolution positive, au lendemain de l’élection d’Anne Hidalgo ( PS ), 1ère femme maire de Paris, les inégalités hommes femmes au niveau politique mais aussi au niveau socio-professionnel persistent et ne cessent d’être dénoncées…

En décembre dernier, le rapport Lemière sur l’accès à l’emploi des femmes avait été remis à Najat Vallaud-Belkacem (Ministre des droits des femmes), et mettait en évidence la différence du taux d’emploi des femmes, actuellement inférieur de 9 points à celui des hommes.

Face à cela, le gouvernement a décidé de mettre en place des actions cette année et sur 10 ans, afin d’agir dans les domaines suivants :

– la mixité des métiers,

– la lutte contre la discrimination,

– l’évolution des incitations fiscales et sociales.

Ces mesures devraient encourager l’embauche des femmes dans tous les secteurs d’activité, mais également améliorer la qualité de leurs emplois…

 

Sources : Ministère du Droit des Femmes.

Image à la Une : Louise Weiss parmi des suffragettes en mai 1935, photo libre de droits.

Partager sur