PRÉVENIR LES CONDUITES À RISQUE DE TRAITE Comment éviter que les jeunes ne tombent dans la traite à des fins d’exploitation sexuelle ?

On estime qu’environ 62 % de la prostitution passe par Internet pour mettre en relation les personnes en situation de prostitution, ou leurs proxénètes, avec les clients. La particularité de cette forme de traite est que la phase d’exploitation est visible sur Internet. Le commun des mortels peut accéder aux annonces d’offre de prostitution depuis son ordinateur personnel en quelques clics.

Banalisation de la prostitution et marchandisation des corps
Internet, un moyen rapide et accessible pour acheter et vendre des corps humains
La distance et la virtualité d’internet par rapport à la prostitution de rue participe à la banalisation du phénomène. Être « Escort » sur Internet peut sembler être un moyen discret et accessible de gagner de l’argent facilement pour des jeunes filles vulnérables et des proxénètes à la recherche de « proies ». En réalité, cette forme de prostitution donne lieu à de vraies passes, tout aussi traumatisantes que la prostitution de rue. Cette forme de banalisation est vraie aussi pour les acheteurs. Internet permet de franchir le pas de l’achat d’acte sexuel en toute simplicité et discrétion.

Le collectif avec les 28 associations membres, dont l’Action catholique des femmes   sensibilise sur cette grave question, et à l’occasion des élections européennes  il a été écrit  un plaidoyer remis aux candidats aux élections européennes.

http://contrelatraite.org/index.php/prevention_lutte

: PLAIDOYER FRANCAIS européennes 4 PAGES FINAL 5 avril 2019