L’Acf éveille les consciences au fléau des violences conjugales depuis plus de 20 ans

Confinement  CORONAVIRUS et violences conjugales.

 A l’heure du confinement, comment lutter contre les violences conjugales ?
Une alerte par code secret ou SMS au 114
la secrétaire d’Etat à l’Egalité femmes-hommes, Marlène Schiappa, a annoncé la mise en place de «points d’accompagnements» dans les centres commerciaux. Un dispositif qui vient s’ajouter à celui, déjà en place depuis quelques jours, permettant aux victimes de donner l’alerte dans les pharmacies grâce à un code secret, « masque 19 ».

Enfin, un système d’alerte par SMS a été mis en place ce mercredi 1er avril. Les victimes de violences conjugales peuvent désormais alerter les forces de l’ordre ou le SAMU et les pompiers en envoyant un SMS au 114. Un système permettant de renforcer le numéro d’écoute 3919 « Violences Femmes info », en place depuis 2014.

La secrétaire d’État chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes estime que “le confinement à domicile peut hélas générer un terreau propice aux violences conjugales”.

En pleine progression de l’épidémie de coronavirus en France, Marlène Schiappa s’est exprimée sur le sujet des violences conjugales face au confinement ce lundi 16 mars, alors que les Français sont actuellement priés de rester le plus possible à leur domicile.

Afin de protéger et soutenir au mieux les femmes qui en sont victimes, Marlène Schiappa a demandé à tous les départements de surveiller la situation des centres d’hébergement d’urgence, notamment qu’y soit respectée la mise en œuvre des mesures barrières et l’organisation de “l’école à la maison” pour les enfants hébergés avec leurs mères.

Résultat de recherche d'images pour "3919 violences coronas"

https://arretonslesviolences.gouv.fr/

 


Grenelle des violences conjugales

A l’occasion du « Grenelle des violences conjugales » le 26 novembre 2019 , Mgr Dominique Blanchet,  et Mme Oranne de Mautort, directrice adjointe du Service national Famille et Société ont rappelé l’implication de l’Action catholique des femmes face aux violences conjugales.

Tous deux  étaient invités par la Délégation aux Droits des femmes du Sénat, à participer à une table ronde.

Il y a vingt ans en effet l’Action Catholique des Femmes avait fait un important recueil de la parole de plus de 1400 femmes, l’une d’entre elles témoignait :

« Ayant été battue pendant 8 ans, ce que je me reproche encore aujourd’hui c’est d’avoir accepté la première gifle. Cette violence a duré 8 ans et pendant ce temps personne ne m’a aidée »

Pour conclure, redonnons la parole à une femme victime. Écouter ses mots c’est souligner le courage de ces femmes et notre devoir d’agir : « Malgré tout, avec le temps, j’ai retrouvé ma dignité. Je me bats sans cesse. Je veux réussir ma vie. Mais j’ai toujours besoin d’être soutenue et écoutée ».

https://eglise.catholique.fr/sengager-dans-la-societe/la-famille/488861-lutte-contre-les-violences-conjugales/

L ‘ouvrage ci dessous est épuisé

BEAUMONT et alii, Les violences faites aux femmes. Briser le silence, Paris, ACGF, 2000. p.48.