Archives par étiquette : femmes

Mots d’elles

 

Notre projet associatif 2017-2018 est l’écriture du livre  »Mots d’elles ».

Par la réalisation de ce livre, nous voulons, être porte-paroles de la vie de toutes les femmes, transmettre notre richesse, écrire pour laisser une trace de ce qui fait nos vies.

Les paroles de femmes ont toujours eu une grande place dans notre association, elles sont le reflet de nos vies, de nos personnalités.

Ensemble, nous voulons écrire pour  »semer les mots qui font vivre », des mots en couleur dit avec le cœur pour : encourager, valoriser, apaiser, réconforter, guérir, sauver, féliciter, remercier

Ce livre présentera deux parties:

La première partie se composera de témoignages de la vie des femmes.
La seconde partie sera nos souhaits pour les femmes de demain.

umofc

L’Acf participe à Deuxième Conférence avec les Femmes du Moyen-Orient 2016 de l’ UMOFC à Bari, Italie

du 19 au 23 octobre 2016

DEUXIÈME CONFÉRENCE DES FEMMES DU MOYEN-ORIENT ET DE LA MÉDITERRANÉE Femmes artisanes de paix pour une culture de rencontre et de dialogue, avec la présence de l’Action catholique des femmes


Partager sur    

Qu’est-ce que l’UMOFC ?

L’Acf, la Ligue Patriotique Des Françaises à l’époque, fut à l’origine de la création de cette association en 1910. Aujourd’hui, c’est Dominique Jacquemin Mangé, ancienne secrétaire générale de l’Acf qui y représente notre association. L’UMOFC c’est plus de 100 organisations catholiques à portée internationale, ayant pour but de promouvoir la présence, la participation et la co-responsabilité des femmes catholiques dans la société et dans l’Église, pour leur permettre de remplir leur mission d’évangélisation et de travailler au développement humain. L’association est présidée par Maria Giovanna Ruggieri, Italienne, et la secrétaire générale est Maria Lia Zervino qui vient d’Argentine.

Déclaration finale de la Deuxième Conférence avec les Femmes du Moyen-Orient

Cliquer ici pour lire la Déclaration

Image à la Une : Logo officiel AG UMOFC 2014

Partager sur    

Générations femme 83

Générations  femme N°83


Aidants familiaux : la puissance du lien

Prêts de 9 millions de personnes sont considérées en France comme aidants familiaux.Mais plus que des statistiques, il s’agit d’individus faits d’émotions.

Dans ce dossier, les témoignages sont la démonstration même de ce qui signifie l’amour absolu, le dévouement, le respect de la personne. 

Toujours plus de rencontres entre femmes !

« D’ici, ou  d’ailleurs, ensembles soyons des femmes de paix !

Du nord au sud, les femmes en Acf multiplient les rencontres, notamment islamo- Chrétiennes. A travers leur expérience, elles exposent combien ces rencontres les nourrissent, tant dans leur foi que dans le respect et l’amour de l’autre.

Femmes d’ailleurs : La Tunisie…

« Il faut soutenir cette démocratie naissante »

A l’occasion des rendez-vous de l’histoire du monde arabe, dont la thématique portait  cette année sur  »religions et pouvoirs », à l’institut du monde arabe  du 20 au 22 mai, plusieurs rencontres animées par des spécialistes du monde arabe se sont succédé. Parmi elles, la conférence inaugurales de Wided Bouchamaoui, tunisienne et prix noble de la paix avec son quartet en 2015.

Partager sur    

Le magazine vous intéresse ? Vous souhaitez recevoir le prochain numéro ?

génération

Partager sur    

 

Et si les femmes annonçaient la Résurrection ?

Les femmes, ces messagères de Bonne Nouvelle
Un peu d’histoire
Liturgie et non théâtre
Déroulement
Pourquoi remettre en vigueur la Visitatio ?
Concrètement

« Je me réjouis qu’un des rituels les plus anciens
de la liturgie pascale reprenne vie et qu’il mette en
valeur la part des femmes à l’action rituelle de la
proclamation pascale. C’est montrer les richesses
infinies de notre liturgie chrétienne qui, de ses
sources, peut en faire jaillir de nouvelles. »
Frère André Gouzes

Oui, si, cette année, cet acte liturgique ancien, était remis à l’honneur dans nos paroisses ?

Elles sont les premières à avoir vu Jésus vivant et à l’avoir annoncé.
Elles sont quelques-unes, nommées ou non (Marie de Magdala, Marie,
mère de Jacques, Salomé, Jeanne femme de Chouza, Suzanne), disciples qui
suivaient Jésus depuis la Galilée et qui lui sont restées fidèles jusqu’à la mort,
alors que tous les autres sauf un avaient fui.
Ce sont elles qui, au lendemain du sabbat, mêlant leurs silhouettes à
la pénombre, se glissent dans le lit des ruelles endormies, jusqu’à
rejoindre le jardin où le corps de Jésus avait été déposé.

Pendant des siècles, l’Eglise a confié aux femmes le soin d’annoncer la Résurrection. à leurs frères et à leurs soeurs.

Ce sont les voix des femmes qui, au seuil de la célébration pascale, se
faisaient entendre dans l’église, vibrantes d’une foi neuve, presqu’incrédule,
une foi encore étonnée d’elle-même.
Dans le langage populaire, on appelait cette séquence : « Faire les Marie ».
Et dans les monastères masculins, les moines tenaient même les rôles des
femmes. C’était mieux que de ne rien faire !

Pourquoi notre liturgie ne renouerait-elle pas avec sa vraie, sa grande
tradition, évangélique et vénérable ?
Pourquoi la liturgie ne rendrait-elle pas aux femmes la place qu’elles ont eue
dans l’histoire ?

Pour vivre cet acte liturgique dans votre paroisse, proposez-le à votre pasteur, et téléchargez la plaquette :

La_Visite_des_femmes_BD

L’Action catholique des femmes  est heureuse de s’associer à la mise à l’honneur de La visite au tombeau.

violence

La Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes

Après avoir adopté en 1993 la Déclaration sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes, l’ONU a institué en décembre 1999, la Journée internationale pour l’élimination de la violence contre les femmes…


Partager sur    

Le 25 novembre fût proclamée la date de commémoration en mémoire de trois « militantes dominicaines brutalement assassinées sur les ordres du chef de l’État Rafael Trujillo » : les sœurs Mirabal.

Aujourd’hui, cet évènement est célébré dans de nombreux pays, notamment la France. L’année dernière, c’était Najat Vallaud-Belkacem, ancienne ministre des Droits des femmes, qui nous encourageait à prendre part à cette lutte, en partageant via les réseaux sociaux les trois actions mises en place par le gouvernement de l’époque. Rappelons qu’un site retrace les assistances mises à disposition des femmes violentées, avec la possibilité de quitter la page web rapidement à tout moment, ainsi qu’une explication pour effacer cette visite dans l’historique du navigateur web : www.stop-violences-femmes.gouv.fr.

La violence envers les femmes en quelques chiffres…

Malheureusement, l’ONU estime qu’environ 70 pour cent des femmes sont victimes de la violence au cours de leur vie. Elles représentent également près de 80% du total des victimes de traites d’êtres humains à des fins de « prostitution, de travail forcé, d’esclavage ou de servitude » …

En France, ce type de violences coûte 2.5 milliards d’euros par an à la société.

Les violences faites aux femmes apparaissent donc comme un problème majeur pour notre société, sociologiquement et mais aussi économiquement…

 

 

Sources : ONU, Ministère des affaires sociales, de la santé et des droit des femmes

 

Image à la Une : Logo officiel de l’ONU

 

Partager sur